Pascal

vendredi, 14 décembre 2012

Déni de notre « Liberté d’Expression ».

 

Déni de notre « Liberté d’Expression ».

Ou quand le politique perd les pédales !

 

Rappel des faits :

            - 1 octobre, nous avons publié sur notre blog, notre point de vue sur le bilan de la majorité de 2006 à 2012. Ce commentaire est toujours disponible. Et, nous en maintenons les termes.

Nous y rappelions notamment la tentative de fraude de la part du Collège qui soumettait à l'approbation du Conseil, dans le cadre des projets de mobilité, sa proposition de conclure une "convention de service" entre la commune et le Bureau " BNCG" (Bernard Nizet Christine Gobiet). Procédure évidemment illégale (Me Nizet est Présidente du CPAS et Echevine).

            - Le 9 octobre, au nom du Collège de Tinlot, Lorenzo Novello porte plainte à la police pour « Injures » contre Pascal Lamer (tête de liste) et les candidats IC. La plainte portant sur ce qui a été posté le 1/10/12 sur le blog IC.

            - Le 14 novembre, Pascal Lamer reçoit l'ordre de se présenter au poste de police.

            - Le 16 novembre, il y déclare qu’il n’y avait là aucune intention d’injure, mais uniquement un commentaire dans le cadre de la campagne électorale.

 

Cet incident peut paraître anodin. Cependant, il me semble des plus interpellant et révélateur d’une des facettes de la politique menée par TP. Car agir de la sorte, c'est :

            - nier notre droit à la liberté d’expression,

            - bafouer l’éthique politique,

            - indigne d’un parti démocratique,

            - Et surtout, donner une très mauvaise image de soi.

Intenter une action judiciaire pour des faits révélateurs de la vérité et un simple commentaire, trahit un manque de responsabilité politique et un sérieux manque de confiance en soi. Avec quel coût pour conséquence, avec quelle perte de temps pour les différentes parties ?

Pourquoi TP réagit-il ainsi? Pourquoi mettre en exergue ce qui, sans l'heureuse intervention du secrétaire communal, aurait mis Tinlot à la Une des journaux et aurait peut-être bien conduit le collège en correctionnelle?

Alors, même si cela (vu qu’il n’y a pas d’injure), restera sans doute classé sans suite, pourquoi en parler, me direz-vous ?

Car ne pas réagir à ce déni de nos droits les plus fondamentaux, c'est trahir ceux qui respectent la démocratie. Par respect pour ceux qui défendent la « liberté d’expression », je n’ai pas l’intention de me taire. Et je tiens, donc, personnellement à publier cette information.

Je m'abstiendrai de souhaiter  « le bonjour » à ces personnes qui ont intentés cette action contre notre groupe IC et moi en premier. Je ne suis pas là pour faire semblant, ni prêt à me plier à leurs fantaisies et encore moins accepter celles-ci. Cela dit, je ferai mon travail au sein du Conseil avec autant d’enthousiasme que précédemment, avec toutefois une grande méfiance vis-à-vis des membres de l’ancien Collège qui sont toujours en place.

 

En me lançant en politique, je m’attendais à beaucoup de choses, mais pas à ça.

Voici, une attitude des plus lamentables des responsables politiques. Les Tinlotois doivent être informés des dérapages de TP. Ils veulent nous museler, nous ne nous laisserons pas faire sans réagir! C'est un des rôles de l'opposition et nous remplirons cette tâche avec conviction.

Je ne suis pas en colère, ni revanchard envers ces personnes qui m’ont « trainé » au poste de police. Mais, il est vrai, je n’ai plus aucune confiance envers eux et je ressens un profond mépris car nous n’avons pas les mêmes valeurs politiques.

 

Peut-être fallait-il prendre de la « hauteur », laisser-aller… Certains diront que ce ne sont que des enfantillages mais moi je parle de liberté d’expression et on ne badine pas avec elle ! Je suis, avec mes amis, ferme et déterminé sur ce sujet. 

Les faits sont là, tirez en vos conclusions !

 

Pour les IC,

Lamer Pascal.

 

 

Imaginez ce qu’on doit ressentir lorsqu’on reçoit ce « genre » de convocation (d’autant plus, pour une « faute » imaginaire) :

numérisation0002.jpg

08:30 Publié dans Et si on en parlait | Commentaires (1) |  Facebook | |

Commentaires

Pauvre homme, j'essuie une larme en pensant à vous...

Écrit par : Martin Jeanpierre | dimanche, 16 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.